Ce week-end, on a, évidemment, regardé PSG – Troyes. On devrait même dire Troyes – PSG mais bon, le nom de l’affiche aurait été encore moins vendeur qu’il ne l’est déjà alors on a choisi d’inverser (pardon, amis Troyens).

→  Parce qu’en cas de victoire, le Paris Saint-Germain pouvait devenir champion pour la quatrième fois d’affilée, remportant ainsi le sixième titre de son histoire, et ce dès le début du mois de mars s’il vous plaît. Comme ça, c’est fait.

→ Parce que le Paris Saint-Germain ne s’est pas contenté de gagner ce match qui, contre le dernier du Championnat, sentait la promenade de santé à plein nez, mais qu’il l’a en plus gagné avec la manière, en s’imposant 9-0, signant ainsi la plus grande victoire à l’extérieur de l’histoire de la Ligue 1, rien que ça.

Et en plus, les buts valaient vraiment le détour. Les Parisiens ont, comme souvent cette année, produit un tel spectacle que même le public troyen n’a pu faire autrement que d’applaudir.

Cette année, le PSG en Ligue 1, c’était les all-stars, carrément.

→ Parce que ce match a encore confirmé le joueur démentiel qu’est Zlatan Ibrahimovic, avec un quadruplé magistral qui démontre une énième une fois à quel point la Ligue 1 a besoin de lui.

On ne sait pas si le Suédois a toujours autant l’impression d’évoluer « dans un pays de merde » qu’il y a un an, comme il l’avait déclaré de manière rageuse, à la suite d’une contre-performance contre Bordeaux. Ces quelques écarts de langage sont cependant la seule chose que l’on puisse reprocher à ce joueur qui, au cours de ses quelques années passées au Paris Saint-Germain, aura véritablement ébloui la France de son talent incroyable, que ce soit en termes de nombre de buts marqués, de passes décisives, d’actions de jeu magnifiques mais aussi bien sûr, de par son attitude sans pareil, son mental de gagnant et son statut de star internationale.

Ibrahimovic est en fin de contrat de juin et, contrairement à ce que tous les spécialistes pensaient il y a un an, on aimerait vraiment qu’il reste.

→ Parce que Zlatan était tellement heureux de sa performance historique qu’il a enfin accepté d’être interviewé par Laurent Paganelli, l’homme de terrain de Canal Plus qui n’avait jusque là jamais eu cet honneur. S’en est donc suivi un échange psychédélique avec un « Paga» en transe qui s’est adressé à la star suédoise avec un mélange d’anglais, de français, d’espagnol et d’italien, du style « You are the best jugador » ou bien « Four buts for you aujourd’hui ».

Zlatan était d’humeur tellement radieuse qu’il ne s’est même pas offusqué de cette situation cocasse et s’est contenté de répéter qu’il ne comprenait pas bien, qu’il était heureux et qu’il était fier de tous ses buts.

Capture d’écran 2016-03-14 à 16.14.17

Bref, un échange inoubliable, on vous avait prévenu.

→  Parce qu’un nouveau titre du PSG signifie aussi une nouvelle occasion de voir la bande des Lucas-Marquinhos-Matuidi scander fièrement le traditionnel slogan « Champion, mon frère » accompagné d’une chorégraphie toujours aussi recherchée, et ça, on ne s’en lasse vraiment pas.Cdb7LVDXEAACwBa

 

 

5622871_4b1a7558_545x460_autocrop

 

iconsport_win_130316_01_1353