Le drame climatique vu par les artistes

Le drame climatique vu par les artistes
Julie Duchatel 2 juin 2017

Alors que le président Donal Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris, retour sur des oeuvres importantes dénonçant les méfaits de l’homme sur la planète et allant à contre courant des climatos-sceptiques.

A travers ces différentes propositions, les artistes nous montrent de manière concrète et radicale que l’art a bien son mot à dire dans la question du changement climatique

 

Ice Watch par Olafur Eliasson – oeuvre exprimant la nécessité d’agir rapidement pour trouver une solution au réchauffement de la planète

Antartica Village, 2007 de Lucy et Jorge Orta – ce projet évoque des problèmes relatifs à l’environnement, la politique, l’autonomie, l’habitat, la mobilité et les relations humaines. Lieu de blancheur immaculée, il concentre tous les souhaits de l’humanité pour diffuser un message d’espoir aux générations futures.

« I don’t believe in global warming » de Banksy résume assez bien le problème actuel sur le réchauffement climatique.

MICHAEL PINSKY – L’EAU QUI DORT – Vélos, lits, chaises, poussettes, frigos, panneaux, chariots, repêchés dans le canal de l’Ourcq et exposés ici

Edward BURYTYNSKY, Oil fields – La planète a perdu son innocence, pour être un territoire soumis à la capitalisation.

L’artiste italien Lorenzo Quinn propose une sculpture géante et inquiétante, à l’occasion de la 57e Biennale d’art contemporain dénonçant le réchauffement climatique provoquant la montée des eaux à Venise.

 

Subscribe To Our Newsletter

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest