Pour supporter le retour aux affaires post We Love Green pour les uns, ou post week-end ensoleillé pour les autres, rien de tel qu’un titre planant et mélancolique comme « Roll Back« , extrait du dernier album de George FitzGerald.

Depuis quelques semaines, « All That Must Be« , deuxième album du DJ anglais, tourne en boucle sur nos platines.

Après avoir officié au sein de labels house tels que Hotflush ou Aus Music, George FitzGerald s’est, depuis plusieurs années, éloigné des clubs pour se tourner vers le studio et les synthés analogiques.

Là où « Fading Love« , son premier album, suggérait déjà que le producteur en avait sous la semelle, « All That Must Be« , paru chez Domino Records, enfonce le clou. Entre titres planants, ballade électroniques et morceaux plus groovy, George FitzGerald, un temps installé à Berlin et aujourd’hui de retour en Angleterre, dévoile toutes les facettes de son univers, signant ainsi le genre d’albums que l’on a envie de réécouter en boucle.

« Roll Back« , collaboration avec Lil Silva et premier extrait du disque dévoilé en janvier dernier est notre coup de coeur de l’album. Entre pop et musique électronique. Entre chagrin et espoir.

Du genre sublime.