On avait déjà parlé de Jungle, il y a quelques mois, avec leur super single « Happy Man», qui nous a fait danser tout le printemps.

Déjà à l’époque, on attendait la sortie de leur album, qui est finalement arrivé ce week-end.

Et sans surprise, « c’est de la balle » pour parler franchement.

L’univers est le même que celui entrevu sur les précédents singles du groupe, des productions funky à souhait, des lignes de basses sensuelles, des guitares cocottes à foison, des arrangements vintage et, surtout, les voix de Tom McFarland et Josh Llyod Watson, qui enchaînent les mélodies entêtantes avec une facilité déconcertante.

L’album commence par « Smile», et déjà, on sait qu’on s’apprête à passer un bon moment, avant d’enchaîner par l’imparable « Heavy, California», qu’on choisit de mettre en avant ici, pour ensuite s’envoler avec hymnes pop en puissance tels que « Cherry» ou « Casio».

On est carrément plongés dans une ambiance hybride, entre club anglais de la fin des années 1990 et plages ensoleillées de la côte ouest des Etats-Unis.

Ouais, rien que ça.

Avec « For Ever», de Jungle, on tient assurément l’album parfait pour supporter le changement de saison qui arrive.

Parce qu’avec ces gens là, l’été, c’est visiblement toute l’année.