Texte en français :

Straw round hand bag, Florence basket, french round wicker basket, bohemian round basket, capazo tradicional de rafia redondo, panier rond marocain ou panier rond boho chic, nombreuses sont les manières pour indiquer la petite lune en raphia entrelacée qui a ensorcelée la mode du printemps été 2017. Raffinée et essentielle, réalisée à main, ronde, du diamètre d’environ 60 cm, elle a été le sac le plus tendance qui soit aussi bien en cité qu’en vacances.

Et reconstruire son histoire n’est pas si facile. Mystérieuse comme l’astre de nuit, en réalité la lune a toujours existé, archaïque et ancestral comme l’art de l’entrelacement.

Ses origines se perdent dans le désert du Maroc. Utilisé comme panier, avec son tourbillon de spires en feuilles de palmier, elle se répand dans la Méditerranée, portant avec soi des épices et des aromates.

Elle disparaît et réapparaît cycliquement dans l’histoire de la coutume: magnétique et charmeuse, souvenir des rêves et des aventures des voyageurs du Grand Tour; romantique, elle suit de près la mode des chapelières pendant les étés insouciants de la Côte des années ’50 et ’60; sauvage, avec les chevilles et les jeans pattes d’éléphants, les pierres, les plumes, les coquilles, les mains de Fatima, et tous les symboles et les accessoires du monde hippie folk des années ’70; parfumé comme un gâteau de sucre et d’amandes, porté à la main ou en bandoulière avec les longues jupes ondoyantes, les kimonos avec les franges et les robes en dentelle, les jeans déchirés, les sandales et les chapeaux du style boho chic d’aujourd’hui.

Insaisissable, car même l’avoir n’était pas facile, enfin obtenu à la saison presque conclue. Le sac le plus en vogue de l’été était en effet aussi le plus désiré au delà de chaque expectative et pour ce motif longtemps introuvable.

Il fait déjà froid, du haut d’un portemanteau, la lune de raphia m’observe discrète, avec la légèreté d’un gros pois. Ainsi suspendue, elle semble en attente. Bien que petite, on ne peut pas fermer la lune dans une armoire.

Pourquoi ne pas la porter aussi en hiver? Après tout, en Sicile nous faisons ça avec nos « coffe » de paille.Accoupler le raphia frais et estival aux lourds tissus de hiver est un hasard possible. Porté à la main avec un blazer sombre ou avec le manteau couleur chameau et un foulard noué à un des deux manches, peut-être rouge avec des fleurs. Pas mal avec la veste en cuir. Assortie aux sneakers, avec le blouson en plume d’oie et une longue jupe damassée. Simple comme en été ou avec l’addition de quelques décorations. Embellie par une broche vintage et des fleurs en organdi, elle est bien adaptée au velours ; en bandoulière, avec des franges et des passementeries en soie noire, sur le trench et les bottes et, avec des inserts à motifs animalier, sur l’imperméable.

La créatrice de mode Vanessa Seward l’a rendue colorée, décorée avec des grands motifs géométriques peints à main par l’artiste Jason Glasser. Parfait en été, soit pour le jour soit pour le soir, et beau même en hiver, mise avec le cuir et les échos fourrures colorés, elle rappelle l’élégance sauvage des années ’70.

Je m’approche pour regarder mieux ce sac, fragile en apparence, pourtant beaucoup de force, grâce à sa structure à entrelacement, à porter un peu d’été en hiver … Mais voila que la lune tombe, un bruit sourd léger comme un bruissement de feuilles, et le souffle doux du vent prend forme et avec elle, le vers des cigales et la lumière de l’été. Le bonheur.



Texte en italien :

Straw round hand bag, Florence basket, french round wicker basket, bohemian round basket, capazo tradicional de rafia redondo, panier rond marocain o panier rond boho chic, tanti i modi per indicare la piccola luna in rafia intrecciata che ha stregato la moda della primavera estate 2017. Raffinata ed essenziale, realizzata a mano, tonda, del diametro di circa 60 cm, è stata la borsa più di tendenza sia in città che in vacanza.

Ricostruirne la storia non è semplice. Misteriosa come l’astro notturno, in realtà esiste da sempre, arcaica e ancestrale come l’arte dell’intreccio.Le sue origini si perdono nel deserto del Marocco. Impiegata come sporta, con il suo vortice di spire, fatte di foglie di palma, si espande nel Mediterraneo portando con sé spezie e profumi.Scompare e ricompare ciclicamente nella storia del costume: magnetica e incantatrice, souvenir dei sogni e delle avventure dei viaggiatori del Grand Tour; romantica, segue alla moda delle cappelliere nelle estati spensierate della Riviera degli anni ’50 e ’60; selvaggia, con le zeppe e i pantaloni a zampa, le pietre, le piume, le conchiglie, le mani di Fatima e tutti i simboli e gli accessori del mondo hippie-folk degli anni ’70; fragrante come un dolce di zucchero e mandorle, a mano o a tracolla con le gonne svolazzanti, i chimono con le frange e gli abiti in pizzo, i jeans strappati, i sandali e i cappelli dell’odierno stile boho-chic.

Inafferrabile, anche averla non è stato semplice, se non a stagione quasi conclusa. La borsa più in vogadell’estate è stata, infatti, anche la più desiderata al di là di ogni aspettativa e per questo motivo a lungo introvabile.Fa già freddo, dall’alto di un appendiabiti la luna di rafia mi osserva discreta, con la leggerezza di un grande pois. Così sospesa, sembra come in attesa. Per quanto piccola, non si può chiudere la luna in un armadio.Perché non indossarla anche in inverno? In fondo noi in Sicilia lo facciamo con le nostre « coffe » di paglia. Abbinare la rafia fresca ed estiva ai pesanti tessuti invernali è un azzardo possibile.A mano, indossata con un blazer scuro oppure con il cappotto color cammello e un foulard annodato ad uno dei manici, magari rosso a fiori. Non male con il chiodo. Abbinata alle sneakers, con il piumino e quella lunga gonna damascata. Semplice come in estate o con l’aggiunta di qualche decoro. Impreziosita da una spilla vintage e da fiori in organza si sposa bene con il velluto; a tracolla, con le frange e le passamanerie in seta nera, sul trench con gli stivali; con insertianimalier, invece, sull’impermeabile.

La creatrice di moda Vanessa Seward ne ha realizzate di colorate, decorate dai grandi motivi geometrici dipinti a manodall’artista Jason Glasser. Perfette in estate, sia per il giorno che per la sera, e bellissime anche in inverno, abbinatealla pelle e alle eco-pellicce colorate, ricordano l’eleganza selvatica degli anni ’70.Mi avvicino per guardare meglio questa borsa, così fragile in apparenza, eppure tanto forte, grazie alla sua struttura ad intreccio, da portare un pò d’estate in inverno…Ma ecco che la luna cade, un tonfo leggero come un fruscio di foglie, e il soffio lieve del vento prende forma e con esso il verso delle cicale e la luce dell’estate. La felicità.