En prévision d’un business trip à Bangkok(c’est vrai) je contacte mon conseiller en lecture, mon ami Pierre-Etienne afin de lui soumettre le projet. Il me fallait un plan simple, basic…

Bangkok dans l’univers collectif c’est l’exotisme, la plage  et disons-le, le tourisme sexuel, les clubs louches , interlopes.

Un titre s’impose alors : Paname underground de Zarca, il fallait que je sois dans le bain tout en restant connectée avec ma ville chérie. Radical.

Donc s’il fallait retenir un chapitre, un extrait, bien que ce livre se révéla une merveille de rythme, et un bijou de langue argotico-franco hybride, le voici :

Chapitre 5 : Jardin Villemin : Little Kaboul.

^Grosse période de bad. Un mois s’est écoulé depuis la mort de Dina et je m’enfonce toujours plus profondément dans la défonce, bédave á toute balle, m’écorche les naseaux et me flingue le foie> Elle me manque á en crever, la petite.

Seul á l’appart, je me sers un verre de tord-boyaux, un sou-sky á l’arrière-goût de pisse. Il est minuit passé et je tourne en rond comme un poiscaille, en attendant qu’Azad vienne me récupérer. Cette nuit, le frangin est censé me trainer du côté du côté de la Gare de l’Est, á Little Kaboul.

Je me pose sur le canapé du teum-teum et allume mon ordi. J’ouvre le fichier intitulé ^Paris Vice City^ et amorce une définition de la 3-MMC qui me servira d’encadré pour mon chapitre sur les pédés de l’Underground ou les cames en circulation dans la capitale. ^3-MMC : drogue de synthèse de la famille des cathinones aux vertus psychostimulantes et euphorisantes, présentée sous forme de petits cristaux blancs> Prisée dans certains milieux gays, la 3-MMC se consomme par voie nasale, en ^para^, par injection, ou en plug-par voie rectale^. Je chope mon chichbar sur la table basse et l’effrite dans le creux de ma main.

Azad me passe un coup de bigo, je décroche :

-Ouais Azad ? Alors, qu’est-c’que tu branles ?

-Zarca, j’vais pas pouvoir venir là, faut qu’tu m’rejoignes !

-Une plombe que je t’attends gros, c’est pas réglo ! T’es où ?

-Là, au jardin Villemin !

-Putain Azad, tu fais chier !

-Et s’te plaît Zarca, faudrait qu’tu tires 200euros, c’est super important ! je t’expliquerai…

-200euros ? Mais putain Azad, j’les ai pas…

-Si tu les as pas, j’suis un mort.

Il me péte vraiment les burnes. C’est toujours les mêmes galères, avec lui. Plan moisi sur plan moisi. ^

PS : le jour de mon voyage, croyez-le ou non, Michel Houellebecq embarquait á mes côtés, sur le trajet du retour je lirai donc La carte et le territoire, c’est un fait !

Anne-Sophie PILLET

Paname underground, Editions Goutte d’Or, 2017, Prix de Flore.