Chère Anita,

j’ai décidé d’oser vous écrire… vous êtes passée de l’autre côté du miroir… mais cela n’a t’il pas toujours été la cas… une beauté insolente vous êtes… une négresse blonde, la chamane de exile on main street que j’écoute en vous écrivant, ce chef d’œuvre des Stones enregistré à Nellcote dans le Midi de la France…Midi, Minuit, l’olive noire luciférienne du soleil à son zénith…vous étiez une experte de la déception chantent les Stones, mais la déception est l’art de la révolte, j’ai bien compris cela grâce à vous chère Anita…

Vous êtes la descendante de suisses allemands hantant l’Italie à la recherche du Grand Tour de Goethe: écrire, rêver, chanter, peindre… vous fûtes une excellente violoncelliste, peu de gens le savent… et toute votre vie vous avez refusé de parler allemand parce que vous vous considériez comme une italienne…

Naturellement vous avez été mannequin, il suffit de regarder sérieusement une photographie de vous pour comprendre que les photographes aient été fous de votre dégaine et de votre visage de sauvage latino-nordique… avec votre premier cachet vous vous êtes payée un veste en serpent…en 1965 vous êtes à Munich pour une séance de pose et une amie vous emmène écouter les Rolling Stones qui jouent ce soir-là dans une brasserie… après le concert vous vous débrouillez pour vous faufiler dans les coulisses et proposer de fumer un joint aux Stones qui à part Brian Jones sont alors des garçons bien proprets… vous leur avez enseigné le Style gypsie : gagner beaucoup d’argent et tout claquer aussitôt sans jamais se soucier du jour d’après… vous avez été la 6ème Rolling Stones – qu’aurait été YSL sans Betty Catroux? – la grande Passion de votre vie a été Brian Jones, le fondateur des Rolling Stones, le vrai… c’était le plus fin, le plus cultivé, le plus fou ; mais il vous battait et son jeu préféré à la fin était de commander des plats dans les Palaces pour vous les envoyer à la figure… bien sûr il y eut Keith mais Keith c’était le copain, le confident…vous dites que la seule chose qui compte dans votre vie a été vos enfants : Marlon – parce que Marlon Brando vous avait appelé pour vous dire que vous étiez géniale dans Performance – et votre fille Dandelion… le petit Marlon s’amusait à écraser des cachets d’aspirine et il les faisait sniffer à vos invités qui trouvaient la coke grandiose !

Vous auriez pu être une grande Star de cinéma mais cela ne convenait pas à votre dilettantisme irréductible… c’est vous qui avez looké Keith en pirate, vous lui cousiez ses pantalons à lacets et vous lui donniez vos fringues…plus que tout vous DETESTEZ que l’on fasse de vous une icône: une icône n’est qu’une peinture religieuse russe dites-vous… en bohémienne chic, en gitane fortunée, vous aimiez le pastis 51 – comme Lucien Ginzburg – Burroughs, Warhol et Moravia étaient vos amis…

Vous avez déclaré avoir été heureuse comme Dieu… vous aimiez casser les guitares de Keith quand il vous énervait et luI déclarait avec son humour british  » qu’elles avaient eu des accidents »… vous dites qu’avec Keith vous n’avez jamais été mariés donc jamais séparés… vous détestez la nostalgie et les photos retouchées… vous faisiez peur aux gens, une aura de diablesse vous suivait… Brian Jones a eu de violentes douleurs à l’estomac alors que vous piquiez une poupée vaudou devant lui… vous avez incarné la Reine Noire dans Barbarella le film de Vadim ; dans Performance vous flirtiez avec le Diable ; vous avez joué dans Lucifer rising de Kenneth Anger – l’Ange Noir ; Fassbinder vous adorait et Ferreri aussi… Godard vous a filmé chantant dans sympathy for the devil…

De vous je grave cette phrase en lettres de sang dans mon cœur fut-il damné: PERSONNE NE NOUS ENLEVERA CE QUE NOUS AVONS VECU………………

Chère Anita, je vous aime follement et c’est à jamais.